Direction les salles de quartier miteuses aux doubles-programmes de séries B bon marché. Installez-vous confortablement dans un fauteuil usé pour apprécier l'image délavée et le son mono d'une obscure peloche de kung-fu à l'origine trouble et aux mentions légales coupées. Toute une expérience que les trop jeunes comme moi peuvent heureusement vivre grâce à la mythique collection DVD jaune Kung Fu Masters de chez Bach Films (le fauteuil qui grince n'est pas inclus par contre). Aujourd'hui à l'affiche de votre cinéma : 5 foudroyants de Shaolin.

5 foudroyants de Shaolin - Affiche

Le grand prêtre d'un temple Shaolin a sélectionné ses cinq meilleurs disciples. Une ultime étape dans leur formation les attend : leur maître Kwan doit leur livrer l'ultime secret de la force de Shaolin contenue dans cinq livres sacrés. Mais il y a un traitre parmi les élèves. Celui-ci vole les livres et tue le grand prêtre.

La présence du nom Godfrey Ho sur une jaquette de DVD est souvent synonyme de filouterie et ça semble être encore le cas ici. Reste toutefois à déterminer à quel degré, et bien malin celui qui en sera capable. Car, à en croire IMDB, le titre original de notre film du jour serait Noigwon, co-production entre la Corée du Sud et Hong Kong réalisée par un certain Shin-Hyen Kim. Si, comme le prétend le célèbre site américain, la société Filmark pour qui travaille Godfrey Ho a participé à ce film, a-t-elle réellement eu un rôle lors du tournage ou n'a-t-elle apposé son logo qu'après avoir acheté les droits d'exploitation pour Hong Kong puis l'occident ? Quel rôle a réellement eu Godrey Ho dans cette affaire hormis la distribution ? Il parait improbable qu'il ait tourné quoi que ce soit (le résultat est trop propre). A-t-il touché au montage ou s'est-il juste contenté d'apposer son nom pour faciliter son exportation (en terme de cinéma de kung-fu, le label hong kongais est plus vendeur que le coréen) ? Tant de questions existencielles pour une série C qui n'en mérite peut-être pas tant. En tous cas, impossible de vérifier quoi que ce soit via les crédits défilant en début et fin de métrage, ceux-ci ayant été purement et simplement coupés sur la source française utilisée pour le DVD !

5 foudroyants de Shaolin - Capture 1

Bon, on ne va pas tourner autour du pot, 5 foudroyants de Shaolin n'est pas ce que l'on pourrait appeler un indispensable. Casting et décors limités trahissent déjà un budget loin d'être mirobolant. Mais en plus, le script est avare en surprise ! Il y a des éléves, un maître, un traitre, des méchants et des centaines de mandales et coups de pieds distribués ! Si la réalisation et le montage restent relativement corrects (disons que ça aurait pu être bien pire), on est quand même ici dans le coté le plus industriel du cinéma. Ce n'est pas une oeuvre, c'est un produit d'exploitation surfant sur l'engouement (quand même amoindri à l'époque en occident) pour les films d'arts martiaux. Tout est tellement académique que j'ai encore eu du mal à croire qu'il date de 1983 (il aurait pu être daté de 1973 qu'on n'aurait pas été choqué). Heureusement que le réalisateur peut compter sur les compétences techniques de ses deux "stars" Dragon Lee et Wong Chen Lee (le héros "bulldozer" de L'éxécuteur défie l'empire du kung fu !) ainsi que sur le professionnalisme des autres combattants pour livrer des scènes d'action décentes. Franchement, c'est le genre de film qui me rend le plus perplexe. Ce n'est globalement pas assez fou ni assez nul pour être drôle et je n'ai pas envie de descendre gratuitement cette production modeste qui a le mérite d'avoir au moins une séquence un minimum marquante : celle du combat final rageur illustré par une musique qui reste dans la tête.

5 foudroyants de Shaolin - Capture 2

Histoire d'étoffer un peu cet article, j'ai tenté d'identifier les "35 chefs d'oeuvre des Arts Martiaux" sortis en 2004 sous le label Kung Fu Masters et reconnaissables à leurs jaquettes jaunes. Au final, je n'ai réussi à retrouver que 32 titres. Si vous connaissez les trois manquants, n'hésitez pas à le dire dans les commentaires.

LES 18 FILLES DE BRONZE DE SHAOLIN - Lai-Yeh Chien (1983)
LES 18 IMPLACABLES DU TEMPLE DE SHAOLIN - Peng-Yi Chang (1976)
LES 3 FURIES DU NINJA - Ratno Timoer (1984)
5 FOUDROYANTS DE SHAOLIN - Kim Si-Hyeon (1983)
LES 8 GUERRIERS DE SHAOLIN - Min Min (1980)
BLACK JIM, L'IMPITOYABLE NINJA (aka BLACK JIM LE MAGNIFIQUE) - Shan Hua (1979)
LE CHALLENGE DU DRAGON (aka SOJA, BAMBOU ET KARATE) - Hai-Feng Wei (1974)
CHALLENGE THE NINJA - Godfrey Ho (1986) -> chroniqué ici
CHEN LE MAGNIFIQUE - Shao-Peng Chen (1979)
COBRA KARATE - Kuan-Chang Li (1974)
LE COMBAT DU DRAGON - Simon Hsu (1980)
LE CRI QUI TUE (aka BRUCE DEFIE LA MORT) - Joseph Velasco (1977)
DUEL A MORT DU SORCIER CHINOIS (aka L'INVINCIBLE BAGARREUR) - Jeong-yong Kim (1982)
L'EXECUTEUR DEFIE L'EMPIRE DU KUNG FU - Godfrey Ho (1982) -> chroniqué ici
L'HEROINE DU KUNG-FU - Ching-Chen Yang (1975)
L'INCROYABLE COMBAT DU DRAGON D'OR (aka L'IMPITOYABLE COMBAT DU DRAGON D'OR) - Woo-sang Park (1982)
KUNG-FU BOXER - Sum Cheung (1979)
LA LANTERNE DE JADE - Pei-Cheng Chang (1979)
MANTIS DANS LES GRIFFES DU FAUCON - Mitch Wong (1983)
LES MERCENAIRES DU KUNG-FU - Hsin-Yi Chang (1979)
NINJA KIDS - Shih-Hao Ko (1982)
NINJA THUNDERKICKS (aka LA REVOLTE DU DRAGON) - Chen Lo (1979)
LES PANTHERES DU KUNG-FU - Sheng-Yuan Sun (1979)
POINGS D'ACIER CONTRE MAIN DE FER - Arizal (1983)
LA PRISE SECRETE DU DRAGON (aka LE BRAS VIOLENT DU KUNG-FU) - See-Yuen Ng (1972)
LA RAGE DES DRAGONS ROUGES - Seon-kyeong Kim (1978)
SHAOLIN CONTRE LEOPARD - Dao Yang (1973)
SHAOLIN CONTRE LES 8 SERPENTS - Wu Ma (1979)
LA VENGEANCE AUX POINGS D'ACIER - Lu-Po Tu (1979)
VENGEANCE EN THAILANDE (aka LES FRERES KARATE A BANGKOK) - Chalong Pakdeevijit, Tung-Min Chen (1972)
LE VENGEUR DU KARATE - Chang-Shi Lin (1976)
LA VIPERE DU KARATE - Kuang Hui (1974)